Inscrivez-vous !

Et recevez par e-mail les articles à la Une à chaque nouvelle édition !

Communiqués

Agenda

    Aucune information pour cette semaine


ÉDITION N°26 - Mercredi 5 Juillet 2017
Partager sur Google+ Partager sur twitter

Stéphanie entre dans l’histoire

La messe est dite à la Préfecture du Jura bernois. Avec un total de 5817 voix, Stéphanie Niederhauser (PLR) devient la première préfète du Jura bernois. Comme au 1er tour, elle possède une avance confortable sur le candidat socialiste Hervé Gullotti qui a récolté 4803 suffrages. Le report des voix de Patrick Gsteiger (PEV), candidat malheureux au 1er tour, en faveur du tramelot n’a pas pesé lourd dans la balance. Ici aux côtés du président du PLR cantonal Pierre-Yves Grivel (à gauche) et du président du PLR Jura bernois Patrick Roethlisberger, Stéphanie Niederhauser a fait la différence dans l’ancien district de Moutier où la droite a frappé fort. L’actuelle vice-préfète entrera officiellement en fonction le 1er janvier 2018. (photo ldd)

Préfecture du Jura bernois

Déjà victorieuse au 1er tour, Stéphanie Niederhauser (PLR) a confirmé sa suprématie en remportant l’élection à la Préfecture du Jura bernois. La suppléante de Jean-Philippe Marti a obtenu 5 817 voix contre 4 803 à Hervé Gullotti (PS). Le taux de participation s’est élèvé à 29.8%. On notera que le report des voix de Patrick Gsteiger (PEV), candidat malheureux au 1er tour, en faveur du Tramelot n’a pas eu l’effet escompté. En revanche, le résultat du vote de Moutier semble avoir pesé lourd dans la balance.

La droite n’a rien lâché et la gauche s’est démobilisée. Telle est grosso modo l’analyse qui s’est dégagée des propos tenus par Stéphanie Niederhauser et Hervé Gullotti, dimanche dernier, quelques minutes après le verdict.

Confiance mise à mal. Cueillie à chaud au point de rencontre du PLR, à Sonceboz, l’heureuse élue s’est déclarée surprise par l’ampleur de son succès : «Sincèrement, je m’attendais à un résultat plus serré. Dimanche matin quand je suis partie de la maison, j’étais tout sauf confiante. Bien sûr, j’ai viré en tête au 1er tour avec une avance intéressante, mais les compteurs étaient remis à zéro. Et puis Hervé Gullotti a réalisé une excellente campagne au 2e tour.» Bref, Stéphanie Niederhauser a douté avant de pousser un immense ouf de soulagement : «Je remercie sincèrement les gens qui m’ont témoigné leur confiance. J’assimile ce résultat à une reconnaissance du travail effectué à la Préfecture depuis de nombreuses années. Comme je suis domiciliée à Court, les gens me connaissent mieux à Moutier et dans la Vallée de Tavannes, mais je m’engage à établir des contacts étroits avec les citoyennes et les citoyens domiciliés dans les anciens districts de Courtelary et de La Neuveville.»

Stéphanie Niederhauser entrera en fonction le 1er janvier 2018. Elle devient ainsi la première préfète du Jura bernois. Jusqu’à présent, la seule femme à avoir dirigé une préfecture dans la région avait été Barbara Labbé, de 1997 à 2009, dans l’ancien district de La Neuveville.

La lucidité d’Hervé Gullotti. Ce n’est pas un scoop, le rôle de journaliste n’est pas toujours évident lorsqu’il s’agit de recueillir les impressions d’un candidat malheureux. Avec Hervé Gullotti, la donne est différente. Il prend immédiatement le recul nécessaire et livre calmement ses impressions avec une lucidité qui l’honore : «Je tiens à féliciter Stéphanie Niederhauser pour sa brillante élection», dit-il d’emblée. «C’est avec le soutien de ma famille et l’aide de mon équipe de campagne que nous avons tenté d’effacer le retard du 1er tour. Sans succès, hélas. Je suis évidemment déçu du résultat même si j’étais conscient dès le départ qu’il serait difficile d’y arriver. Le fait que Stéphanie Niederhauser travaille à la Préfecture du Jura bernois a indiscutablement plaidé en sa faveur, mais il n’y a pas que ça. Je pense que le vote de Moutier a lui aussi servi ses intérêts.» Et Hervé Gullotti d’enchaîner : «La gauche traverse une période difficile et je me fais du souci pour la suite. Les postes-clés du Jura bernois appartiennent désormais à la droite. Il faudra donc travailler dans l’optique de remobiliser nos forces.»

Cap sur la Grèce. Hervé Gullotti estime que le moment est mal choisi pour évoquer sa candidature éventuelle au gouvernement bernois lors des élections de mars 2018 pour combattre le siège de Pierre Alain Schnegg : «Ma prochaine étape, c’est la Grèce. Je trouve un peu présomptueux de donner une réponse maintenant, ne serait-ce que par respect vis-à-vis des citoyennes et des citoyens qui ont voté pour moi lors de l’élection à la Préfecture du Jura bernois.»

Résultat historique. La commission électorale du PLR Jura bernois a salué dignement le succès de Stéphanie Niederhauser par le biais d’un communiqué : «Avec plus de 1000 voix de différence, Stéphanie Niederhauser s’est brillamment imposée face au candidat socialiste lors du second tour. Ce résultat est historique : après une longue période socialiste, la droite remporte la mise grâce à une femme du PLR aux compétences déjà connues loin à la ronde. Ce remarquable résultat a été obtenu grâce à l’alliance bourgeoise PLR, UDC et PBD que nous remercions très sincèrement. La preuve est donnée qu’une collaboration entre les partis de droite est efficace.»

Plafond de verre brisé. De son côté, l’UDC Jura bernois «se réjouit de l’élection de Stéphanie Niederhauser dimanche dernier et lui adresse ses plus vives félicitations. Après des décennies de règne de gauche sur les Préfectures des anciens districts et du Jura bernois, le PLR conquière avec la manière cette fonction importante. Avec plus de 1000 voix d’avance, le résultat est sans appel. Politiquement, ce vote est un signal d’excellent augure pour les partis bourgeois qui ont soutenu la candidature de Stéphanie Niederhauser. L’UDC Jura bernois s’est beaucoup investie pour soutenir l’actuelle vice-préfète et constate que l’alliance a parfaitement fonctionné.» Dans son communiqué, l’UDC précise encore qu’elle se réjouit d’avoir contribué à l’élection d’une personne très qualifiée en tant que toute première Préfète du Jura bernois. «Le plafond de verre est brisé et la démonstration est faite qu’il n’est point besoin de quotas pour confier des responsabilités importantes à une femme. Le résultat de ce dimanche pose d’excellentes bases pour les élections cantonales du printemps 2018 où l’UDC entend reconduire une alliance la plus large possible afin d’assurer une représentation forte et crédible du Jura bernois tant au Conseil-exécutif avec Pierre Alain Schnegg qu’au Grand Conseil ou encore au Conseil du Jura bernois.»

Olivier Odiet