Inscrivez-vous !

Et recevez par e-mail les articles à la Une à chaque nouvelle édition !

Agenda

    Aucune information pour cette semaine


ÉDITION N°33 - Mercredi 20 Septembre 2017
Partager sur Google+ Partager sur twitter

Famille unie grâce à la musique

La famille Tarquini ne se lasse pas de l’aventure musicale qu’elle partage en Suisse et à l’étranger. (photo ldd)

Malleray

Déjà bien connue dans la région, la famille Tarquini revient d’une tournée aux Etats-Unis avec des étoiles plein les yeux. Formant le groupe «The Wild Orchids» depuis huit ans, les parents et leurs trois filles ne se lassent pas de partager cette aventure musicale en famille. Rencontre.

Chez la famille Tarquini à Malleray, tout respire le rock’n’roll. Ainsi, dans leur salon, on découvre une impressionnante collection de vinyles mythiques, qui ont marqué ce style musical. Des guitares et des objets vintage décorent les lieux. Et c’est au cœur même de la maison familiale que se trouve le local de répétition, digne d’un véritable groupe professionnel.
Apportant la touche finale à cette ambiance, le papa, Didier Tarquini, porte fièrement une banane, des rouflaquettes et privilégie les chemises fantaisie. Cette famille hors du commun a constitué il y a huit ans un groupe nommé «The Wild Orchids». Et depuis, leur motivation est restée intacte. Les parents, Didier et Iris, qui avait déjà créé un groupe par le passé, ont transmis leur passion du rock à leurs trois filles, Maurine, Morgane et Margot. Et à force d’écouter cette musique depuis leur plus jeune âge, elles ont toutes le rock dans la peau. Très disciplinés, les membres du groupe répètent jusqu’à 3 fois par semaine. Et c’est cette attitude et cette constante envie de progresser qui leur a permis de réaliser des concerts au-delà de nos frontières. Ils reviennent d’ailleurs tout juste des Etats-Unis.
En juillet dernier, ils se sont en effet produits durant deux semaines sur différentes scènes dans tout l’Ohio. Et ce grâce aux contacts tissés lors de leur précédent voyage en terre américaine effectué l’année dernière. Une expérience inoubliable pour Didier Tarquini, le papa du groupe, au sens propre comme au figuré : «Jouer la musique que j’aime dans le berceau même du rock est un pur bonheur. Et de s’entendre dire de la part d’un Américain qu’on lui a fait redécouvrir sa culture est une vraie récompense.»
De son côté, la maman, Iris, apprécie ces moments passés en famille : «C’est unique de pouvoir se produire sur scène avec son mari et ses enfants. C’est un merveilleux moyen de partager du temps ensemble.»

Une complicité bienvenue


Dans le groupe «The Wild Orchids», chacun a son rôle à jouer. Ainsi, Iris s’occupe de la partie technique grâce à ses larges connaissances en musique. Elle pratique en effet la guitare depuis ses 11 ans et l’enseigne également à de nombreux élèves. Didier, qui a eu son premier coup de cœur pour le rock à l’âge de six ans, compose les chansons, pour la plupart en anglais. La fille aînée, Maurine est bassiste et se charge de la création des costumes pour la scène.
Très attirée par ce qui est artistique, elle avait effectué une formation dans la mode. Morgane, quant à elle, se lâche à la batterie alors que la cadette Margot est la reine du tambourin et des maracas. Une complémentarité possible grâce à l’excellente communication qui règne chez les Tarquini, comme le confirme Maurine : «Chacun peut faire des suggestions et dire ce qu’il aime ou n’aime pas. On met tout sur la table et on en discute.» Une complicité bien utile lors d’un concert comme le relève Didier : «Sur scène, il nous suffit d’un coup d’œil pour se comprendre. Ce qui est idéal si l’on doit improviser.»
Et chez les Tarquini, on carbure à la scène et on ne s’en lasse pas. Cependant, il n’est pas toujours évident de se produire devant de nombreux spectateurs et le fait de l’accomplir en tant que groupe permet d’atténuer le trac comme l’explique Margot, la plus jeune des trois filles : «Comme je ne suis pas toute seule, j’ai le courage de monter sur scène. Sinon, j’aurais sûrement trop peur.» Mais une chose est sûre, les trois sœurs Tarquini espèrent continuer cette aventure musicale le plus longtemps possible comme le souligne Maurine : «Lorsque j’aurai terminé mon apprentissage, j’entends bien rester dans la région pour pouvoir continuer de jouer avec mes sœurs et mes parents.»
Des paroles qui enthousiasment leurs parents qui ont encore plein de projets en vue. Ainsi, ils espèrent bientôt produire un CD avec dix titres. Et plus prochainement, la famille se produira dans le Jura bernois, d’abord dans le cadre de MOUTIER EXPO début novembre, puis à Tramelan lors du comptoir mi-novembre. Pour Didier Tarquini, il est important de jouer au niveau local : «C’est grâce au soutien des habitants de la région que nous avons cru à notre talent et persévéré. Nous n’en serions pas là sans eux.»
De sages paroles pour un rocker, qui contrairement à l’adage, est peut-être prophète en son pays.

Pascale Stehlin