Inscrivez-vous !

Et recevez par e-mail les articles à la Une à chaque nouvelle édition !

Agenda

    Aucune information pour cette semaine


ÉDITION N°33 - Mercredi 20 Septembre 2017
Partager sur Google+ Partager sur twitter

Le sourire après les larmes

Avec l’ouvrage Andreas, Natacha Lugon Sprunger soulève une série de réflexions bouleversantes. (photo cag)

Natacha Lugon Sprunger

Difficile d’imaginer que derrière le sourire de Natacha Lugon Sprunger se cache un enchaînement de drames vécus.

Cette jeune femme, mariée, maman de deux ravissantes fillettes, habite depuis deux ans à proximité de Sorvilier. La ferme admirablement rénovée par son mari, mécanicien, dégage une ambiance paisible. Devant leur maison, quelques moutons. Un environnement idéal, favorable pour se ressourcer et coucher sur le papier un récit extrêmement dramatique. Sur la page couverture de cet ouvrage de 150 pages, un titre : Andreas. Un sous-titre : Interruption de grossesse.
Natacha, auteure de deux livres sur les abus sexuels a décidé de faire partager à ses lecteurs son témoignage sur l’interruption de grossesse. Le couple a dû prendre une très lourde décision pour leur deuxième enfant : le laisser vivre ou mettre fin aux jours de leurs fils ?
Elle reconnaît que cet enfant n’aurait jamais pu vivre normalement psychiquement et physiquement dans notre société. Toutefois, lorsque Natacha l’a tenu dans ses bras, Andreas était, selon ses mots : «Magnifique. Son nez et ses lèvres sont les mêmes que sa grande sœur».

Pudeur et lucidité


Valaisanne d’origine, l’ouvrage qui porte sa signature est sorti de presse le 13 mai 2017. Il décrit de façon saisissante la période qui a précédé, le moment précis où l’enfant qu’elle portait en elle a cessé de vivre et les mois qui ont suivi l’avortement d’Andreas.
Des récits touchants ce thème douloureux sont sans doute nombreux à être offerts à la réflexion de lecteurs de nombreux pays. Mais moins nombreux sont probablement les témoignages de femmes qui décrivent avec pudeur, sans complaisance et avec une telle lucidité le moment précis où l’enfant qui ne verra jamais le jour a cessé de vivre lors d’une intervention médicale. C’est sur un écran que Natacha a assisté en direct et pendant de très longues secondes à ces instants horriblement dramatiques. Quelques jours plus tard, l’enfant mort est extrait du corps de sa maman. Comment vivra-t-elle quotidiennement, avec de tels souvenirs, depuis 2012 ? La vie de cette épouse et maman ne sera plus jamais la même.
Est-il possible de sortir indemne de la lecture d’Andreas ? Natacha soulève par cet ouvrage une série de réflexions bouleversantes. Elle n’a pas cédé à la tentation de vouloir moraliser ou culpabiliser les femmes et les couples placés face à l’avortement. Elle témoigne, laissant à chaque lecteur d’en tirer des conclusions.
L’ouvrage peut être obtenu auprès de l’auteure ou dans les librairies.

Charles-André Geiser