Inscrivez-vous !

Et recevez par e-mail les articles à la Une à chaque nouvelle édition !

Communiqués

Agenda

    Aucune information pour cette semaine


ÉDITION N°11 - Mercredi 21 Mars 2018
Partager sur Google+ Partager sur twitter

«Le vote? Une étape stressante»

Secrétaire communale de Belprahon depuis dix ans, Isabelle Faivre apprécie tout particulièrement la diversité des tâches qui composent son cahier des charges. (photo oo)

Isabelle Faivre – Secrétaire communale

Secrétaire communale de Belprahon, Isabelle Faivre préfère se focaliser sur les tâches qui l’attendent plutôt que de revenir sur le vote communaliste du 17 septembre 2017 qui restera sans doute comme l’étape la plus pénible à traverser de toute sa carrière professionnelle. Comme on pouvait s’y attendre, les séquelles du vote sont toujours bien réelles dans ce village de 300 habitants qui ne connaît plus son harmonie habituelle. Seul le temps fera son œuvre…

Avant que ne survienne le vote communaliste du 17 septembre 2017, le village de Belprahon avait toujours réussi à échapper à des tensions liées à la Question jurassienne, les gens des deux camps ayant eu l’intelligence de se respecter mutuellement indépendamment de leur couleur politique. Mais plus l’échéance du vote approchait, plus le climat se détériorait. Au point de voir certaines personnes ne plus se saluer dans la rue. Croire que tout redeviendra comme avant dans un court laps de temps équivaudrait à faire preuve d’une certaine naïveté. Pour fermer définitivement cette vilaine plaie, il s’agira de se montrer patient, très patient même. Un peu comme à Moutier et Sorvilier, les deux autres communes ayant été confrontées au même sort que le village de Belprahon.

Message reçu 5 sur 5


Responsable de l’organisation du vote de Belprahon, la secrétaire communale Isabelle Faivre souhaite visiblement passer à autre chose: «Nous avons dû prendre des mesures de sécurité certes moins conséquentes que celles de Moutier, mais la peur de faire faux ou d’oublier quelque chose a engendré un certain stress dont je me serais volontiers passé. Pour moi, c’est déjà de l’histoire ancienne. J’espère que vous n’allez pas trop vous étaler sur ce vote dans votre article», signale-t-elle. Message reçu 5 sur 5. On s’arrêtera là pour ouvrir un autre chapitre: son parcours professionnel. Après avoir suivi un apprentissage d’employée de commerce à l’administration municipale de Moutier, Isabelle Faivre a mis le cap sur Londres pour perfectionner son anglais durant 8 mois.
De retour en Suisse, elle a enrichi ses compétences professionnelles à La Neuveville, chez le commandant d’arrondissement militaire. Entre 1990 et 2000, la Prévôtoise a touché au domaine bancaire via une expérience à la BCBE. Cette mère de deux enfants s’est ensuite consacrée à sa famille avant d’entrer au secrétariat communal de Belprahon en 2008. Ce poste à temps partiel (40%) offre une grande diversité: contrôle des habitants, permis de construire, registre des impôts, organisation des votations et des élections, prise du PV au Conseil communal, course et Noël des aînés: pour s’accorder des moments de répit, ce n’est assurément pas la bonne adresse. A noter encore que la fonction de caissière est assurée par Angela Della Torre.

Les moloks sont bien perçus par la population


Après les lampadaires en led, la commune de Belprahon a tout récemment installé trois moloks entre le bas et le milieu du village: «D’après les échos récoltés, les gens sont très contents de pouvoir disposer de ces containers semi-enterrés», explique la secrétaire communale. «Nous avions d’abord songé à les placer à proximité de l’ancien stand, mais c’est un endroit isolé et la crainte d’ouvrir la porte aux incivilités nous a incité à revoir notre jugement.»
Si dans certaines communes, la population sollicite en priorité le secrétariat communal pour recevoir des renseignements, le contexte est totalement différent à Belprahon où la grande majorité des gens s’adresse directement au maire Michel Leuenberger: «Il est tellement connu que nos tentatives de faire comprendre aux habitants du village que leurs questions doivent être transmises aux membres de l’exécutif en fonction de leurs dicastères respectifs s’avèrent infructueuses», explique Isabelle Faivre. On se souvient que Michel Leuenberger ne souhaitait pas rempiler pour un nouveau mandat aux dernières élections communales de 2016, mais comme cette fonction n’intéressait personne, il a décidé de revenir sur sa décision dans l’unique but de dépanner la commune. Chapeau!
Suite à l’échec de la fusion des villages de Grandval, Crémines, Eschert et Corcelles en novembre dernier, Belprahon ne sera pas contraint à faire cavalier seul et les collaborations avec les villages voisins reprendront naturellement leurs droits. Dans cet ordre d’idée, le plan d’aménagement local (PAL) de la commune de Belprahon sera élaboré dans un souci d’uniformité de manière à simplifier les choses au maximum.

Olivier Odiet