Inscrivez-vous !

Et recevez par e-mail les articles à la Une à chaque nouvelle édition !

Agenda

    Aucune information pour cette semaine


ÉDITION N°16 - Mercredi 25 Avril 2018
Partager sur Google+ Partager sur twitter

Elle parle d’amour avec humour

Médiatrice de couples et comédienne, Anna Yva n’a qu’une envie: répandre l’amour en s’inspirant de ses expériences personnelles. (photo ldd)

Annie De Falcis – «Je cherche encore et en corps»

Médiatrice de couples dans le canton de Neuchâtel et comédienne, la biennoise Annie De Falcis présente en grande première son 2e spectacle «Je cherche encore et en corps», vendredi 27, samedi 28 et dimanche 29 avril, au Rennweg 26 à Bienne. Toutes les femmes se reconnaîtront dans son one-woman-show pétillant, audacieux et déjanté qui évoque la confiance en soi. Anna… Yva. Et plutôt deux fois qu’une!

Dans son premier spectacle intitulé «Amour, glace et bon thé», Annie De Falcis, alias Anna Yva, a voulu transmettre l’importance de l’amour de soi. Elle revient sur scène avec comme fil conducteur la confiance en soi. Se définissant volontiers comme étant une femme forte et fragile animée de ce brin de folie qui met du piment dans sa vie, la comédienne a plus d’un tour dans son sac. Elle s’inspire de ses relations amoureuses personnelles mais également des situations grappillées dans sa profession de médiatrice de couples pour écrire ses spectacles. Joué à 49 reprises, le premier spectacle «Amour, glace et bon thé» a fait un véritable tabac. «Je ne m’attendais pas à un tel succès. Au début, j’avais juste l’intention de le présenter une fois. Mais comme c’était «une bombe», j’ai compris que je ne pouvais pas en rester là.»
Domiciliée à Enges, Annie De Falcis précise que «Je cherche encore et en corps» n’est pas une suite de son premier spectacle, mais l’amour se taille une nouvelle fois la part du lion. Ou plutôt de la lionne. Féroce ou véloce? Un peu les deux. Anna Yva, c’est un concentré de sensibilité, de générosité et d’authenticité. Elle ne triche pas, elle est vraie. Qu’on la vénère ou pas, là n’est pas son souci. Ce qu’elle veut, c’est partager ses expériences, répandre l’amour partout où elle peut, avec humilité et au-delà du jugement. Dans ces spectacles, la comédienne se met à nu avec un humour décapant alliant tendresse et audace. Elle n’a pas peur de briser certains tabous, de livrer en pâture ses relations avec la gent masculine, pas toujours marquées du sceau de la réussite, d’ailleurs… Réservée de nature, Annie De Falcis a réussi à vaincre sa timidité et retrouver cette confiance qui lui permet, aujourd’hui, d’être bien dans ses baskets. Coiffant les casquettes de thérapeute et de comédienne avec la conviction d’avoir trouvé la voie royale, rien ne semble pouvoir venir interrompre son ascension fulgurante dans l’univers exigeant et impitoyable de la scène.

«J’invite les gens à s’aimer»


Son plus grand souhait, c’est de pouvoir exporter ses spectacles en France ou au Canada avec l’aide d’un agent. Elle pourrait ainsi combler ses lacunes de prospection et mettre davantage d’énergie dans la création de ses spectacles. «Quelle serait ma réaction si mon 2e spectacle devait être un flop? Je le peaufinerais en conséquence pour l’amener jusqu’au succès.» Et Annie De Falcis d’ajouter: «C’est peut-être étonnant, mais je prends davantage de plaisir à discuter avec les gens après le spectacle plutôt que de me produire sur scène. Ça me coûte énormément d’entrer dans la lumière par le biais des médias, mais c’est à ce prix seulement qu’il est possible d’être visible et toucher ainsi un maximum de gens pour les inviter à s’aimer. Et comme c’est mon vœu le plus cher, j’accepte volontiers de me faire violence…»

Olivier Odiet


Anna Yva dans «Je cherche encore et en corps», vendredi 27 avril (20h30), samedi 28 avril (20h30) et dimanche 29 avril (20h30) au Rennweg 26 à Bienne.
Réservations: 078 882 75 76.