Inscrivez-vous !

Et recevez par e-mail les articles à la Une à chaque nouvelle édition !

Communiqués

Agenda

    Aucune information pour cette semaine


ÉDITION N°20 - Jeudi 24 Mai 2018
Partager sur Google+ Partager sur twitter

Une fondue géante pour dire merci

La Société de fromagerie de la Combe du Bez sait se montrer reconnaissante avec ses investisseurs. (photo ldd)

Corgémont – Fromagerie de la Combe du Bez

Vendredi 27 avril dernier, la Salle de spectacles de Corgémont avait des allures de fête. En effet, un peu moins d’une centaine de personnes, invitées par la Société de fromagerie de la Combe du Bez, ont participé à la traditionnelle «fondue des investisseurs».

Faut-il le rappeler, les 400’000 francs nécessaires à l’installation de 1480 m2 de capteurs photovoltaïques sur le toit de la nouvelle fromagerie, avaient été trouvés en 2016, suite à un appel. Celui-ci avait été entendu puisque environ 90 personnes, provenant à 80% du Vallon de St-Imier, ont investi. Fait remarquable, la somme nécessaire a pu être trouvée en quelques mois. La moyenne des parts se situe à 3000 francs. Ainsi, lorsque des citoyennes et des citoyens motivés s’organisent, ils démontrent qu’il est possible de contribuer à la transition énergétique.
Pour satisfaire l’appétit des convives, Harald Kämpf, fromager, avait préparé plus de 25 kilos de fondue. Avant que les participants à l’assemblée ne puissent tremper les fourchettes dans les caquelons, Martin Tschan, président de la société de fromagerie, a donné quelques précieuses informations. Après deux ans d’exploitation, le 50% des besoins annuels d’électricité, soit 130’000 kWh, est utilisé directement; le surplus est injecté dans le réseau donc revendu.

Un projet séduisant


Pour fabriquer et affiner les huit différents fromages, dont 80% de Tête de Moine, l’énergie consommée la nuit et les journées couvertes proviennent du Groupe-E «éolien ou hydraulique» donc 100% renouvelable. A partir d’un investissement de 3000 francs, les coopérants reçoivent un intérêt de 1,5%. Les investisseurs ont un profil différent: certains sont issus du monde agricole et plus ou moins directement liés à la fromagerie, d’autres apprécient de pouvoir placer leurs économies ailleurs que dans une banque, d’autres encore ont été séduits par le «projet-citoyen» de proximité et ont tenu à soutenir les efforts entrepris par les initiateurs. Ce bel élan de solidarité souligne la valeur exceptionnelle de cette réalisation.

(cp-oo)