Inscrivez-vous !

Et recevez par e-mail les articles à la Une à chaque nouvelle édition !

Agenda

    Aucune information pour cette semaine


ÉDITION N°36 - Mercredi 10 Octobre 2018

Vie politique

«Pour le bien de notre région, plus de PSA au bureau du CJB»

La séance constitutive du Conseil du Jura bernois du 6 juin 2018 a débouché sur un blocage politique. En effet, les groupes UDC et PLR ont annoncé d’entrée qu’ils ne soutiendraient pas un candidat PSA au bureau du CJB. Ils ont alors soutenu deux personnes de la gauche en plus du candidat UDC et de la candidate PLR lors du vote. Toutefois, les deux élus de la gauche ont refusé leur élection. Après le vote régional très clair du 24 novembre 2013, notre région ne peut plus être représentée par le PSA, parti dont le site Internet prône encore le rattachement de tout le Jura bernois au canton du Jura. Notre région doit aller de l’avant, et les autonomistes ne peuvent plus espérer pouvoir la représenter dignement. Le PLR est très étonné de l’attitude de la gauche qui a refusé d’accepter ses élections de hier soir à plusieurs reprises. Cette attitude antidémocratique, et au profit du PSA, nous interpelle. Des représentants du PSJB se sont pourtant engagés pour le NON tant au niveau régional le 24 novembre 2013 que pour Moutier le 18 juin 2017. A l’heure de tourner la page, ce parti est pourtant prêt à sacrifier sa propre candidate pour permettre au PSA d’obtenir une tribune illégitime. Le PLR soutiendra deux candidats de la gauche lors des élections complémentaires du bureau qui auront lieu en juin ou en août afin qu’il soit constitué de manière équilibrée. Le PLR se réjouit de la bonne collaboration avec le groupe UDC et souhaite s’engager de manière constructive pour l’unité du Jura bernois qu’il va continuer de défendre avec conviction. (Le Groupe PLR au CJB)

«Le PSA n’a plus sa place au bureau du CJB»

La situation politique du Jura bernois est clarifiée depuis le 24 novembre 2013, lorsque presque 72% des votants(es) ont marqué leur attachement au cadre cantonal bernois. Un parti politique de la région, qui recueillait naguère davantage de voix mais a vu sa représentativité fondre comme neige au soleil, continue pourtant de prétendre que la question jurassienne n’est pas close et que le combat pour l’annexion du reste du Jura bernois doit se poursuivre, fût-ce commune par commune en commençant par Moutier et sa couronne. Ce parti, c’est le PSA. Lors de l’élection du bureau du Conseil du Jura bernois du 6 juin, les élus(es) UDC et PLR ont donc annoncé qu’ils ne soutiendraient pas un représentant du PSA au bureau, constatant que le Jura bernois ne peut plus être incarné à la présidence du CJB par un adversaire résolu de l’unité de la région. Néanmoins soucieux de respecter les équilibres politiques entre la gauche et la droite, leurs votes se sont portés sur deux représentants de gauche en plus des deux représentants(es) bourgeois(es) au bureau. Malheureusement, comme l’a révélé la presse, les personnes de gauche élues ont refusé de siéger, si bien que l’élection du bureau du CJB n’est pas encore terminée. Tant le groupe UDC que le groupe PLR regrettent cette situation de blocage provoqué par une gauche intransigeante et tétanisée devant les séparatistes. Encore plus regrettable est le fait de voir les forces de la gauche loyale au canton de Berne soutenir bec et ongles un candidat PSA pour le bureau, au détriment de personnes pourtant démocratiquement élues des Verts ou du PSJB. On peine à comprendre pourquoi le PSJB s’allie ainsi avec le PSA alors que la politique du PSA a mené au désastre démocratique en cours à Moutier. L’UDC continuera de se battre inlassablement pour l’unité de la région et de faire en sorte que les fossoyeurs de la paix du Jura bernois ne puissent plus poursuivre leur travail de sape aux postes à responsabilité. L’UDC se réjouit de pouvoir compter sur le soutien du PLR dans ce cadre et le remercie de son appui. (Le Groupe UDC au CJB)

Et à la fin, c’est la démocratie qui perd !

Mercredi dernier, le Conseil du Jura bernois a vécu la plus sombre soirée de son histoire. Lors de la première séance plénière de la nouvelle législature, le groupe de droite du CJB a fomenté un véritable putsch. Arrogants et bien droits dans leurs bottes, les élus UDC et PLR ont exigé l’exclusion du bureau de Pierre Mercerat, élu PSA. Avec le prétexte fallacieux et antidémocratique qu’un autonomiste ne doit pas siéger à la tête d’une institution bernoise. Il est des soirées que l’on préfère oublier.
Celle du 6 juin dernier en est une. Elle a en effet été la scène d’un inadmissible dérapage commis par des élus PLR et UDC devenus complètement déraisonnables. En effet, ceux-ci se sont entendus pour exclure Pierre Mercerat du Bureau, constitué depuis toujours d’un représentant par groupe (PLR, UDC, PSJB, PSA). Pour la droite probernoise, il est impensable qu’un élu du PSA puisse conduire le CJB. La brillante année présidentielle de Maurane Riesen en 2016-2017, saluée de toute part et qui a amené un vent frais au CJB, n’a sans doute pas été digérée par tous. Avec ce coup de force brutal, l’UDC et le PLR prennent en otage le Conseil du Jura bernois. Ils montrent surtout le peu de considération qu’ils éprouvent pour cette institution et pour la population du Jura bernois. Mercredi soir, c’est la démocratie qui a été honteusement bafouée. Le PSA ne tolérera pas d’être exclu d’un cénacle par des va-t-en-guerre foulant aux pieds les droits démocratiques. Les élus du PSA contribuent au bon fonctionnement du CJB; ils y sont investis de manière critique et constructive. Cette région ne se résume pas à la droite rétrograde représentée par quelques exaltés UDC-PLR. Le PSA tient en revanche à saluer l’attitude admirable de ses camarades du PSJB et des Verts, qui se sont opposés à ce méprisant diktat. Dans une volonté commune de résistance démocratique, les forces de gauche se sont opposées en faisant preuve ainsi d’une unité remarquable de bon augure pour les futurs engagements communs. Cette séance fut un véritable pataquès. Le PSA s’oppose ainsi à l’élection d’un Bureau réduit à deux membres fonctionnant sans quorum. L’élection du bureau se déroule selon le règlement à un tour, alors qu’il a été effectué en trois tours pour donner un avantage considérable au bloc bourgeois. A l’évidence, ce putsch viole toutes les règles et ne résisterait pas à une procédure judiciaire. Le PSA enjoint la Chancellerie bernoise à faire preuve d’autorité et à veiller à faire respecter le droit des minorités. Le PSA continuera de se battre pour les droits de la minorité jurassienne du canton de Berne mais aussi pour notre région francophone afin qu’elle soit un acteur de poids dans l’Arc jurassien. (Le groupe PSA au CJB)