Inscrivez-vous !

Et recevez par e-mail les articles à la Une à chaque nouvelle édition !

Communiqués

Agenda

    Aucune information pour cette semaine


ÉDITION N°28 - Mercredi 15 Août 2018
Partager sur Google+ Partager sur twitter

Une agilité qui fait merveille!

Formation – Eliakim Liechti

Eliakim Liechti avait 8 ans lorsque lui, ses deux frères et ses parents ont déménagé à Tramelan après avoir habité à Fleurier. Agé de 16 ans, il se plaît à Tramelan. Le paysage lui convient et il affirme que ce village lui offre de multiples possibilités culturelles, telles que des conférences présentées par des orateurs largement connus ou des rassemblements réunissant par exemple des centaines de motards ou d’autres sportifs.

C’est à Tavannes, dans l’entreprise de menuiserie-ébénisterie Gerber-Bögli SA qu’Eliakim s’est lancé il y a une année dans un apprentissage d’ébéniste. Au terme de quatre ans d’apprentissage, si tout se passe bien, Eliakim obtiendra son CFC. Depuis bien longtemps, ce jeune homme avait la conviction qu’une profession manuelle lui conviendrait.

Des mains pour créer des meubles et…. de la musique


Il a depuis sa petite enfance aimé faire quelque chose de ses mains. Il hésita entre un apprentissage lié au métal ou au bois. Deux stages l’on clairement aidé à choisir. Dans l’industrie métallurgique ou mécanique, les odeurs de l’huile ne lui convenaient pas. En revanche, les odeurs du bois ne le rebutent pas, bien au contraire. Sans la moindre hésitation, il avoue que les études ne l’ont jamais attiré et cela a facilité son orientation professionnelle.

Dans chaque profession, il y a ce que l’on apprécie de faire et ce que l’on préfère mettre de côté. Qu’aimez-vous spécialement réaliser avec vos mains?
J’apprécie tout spécialement effectuer le montage d’armoires à partir de pièces bien usinées. Dans l’atelier où je travaille, nous préparons les éléments nécessaires pour cela. Il arrive toutefois que certaines pièces soient commandées à l’extérieur. Nous tenons largement compte des désirs de chaque client. Nous fabriquons aussi des cuisines et nous les installons dans un rayon géographique de 40 à 50 kilomètres.

La formation théorique s’effectue où?
A Delémont au CEJEF (Centre jurassien d’enseignement et de formation), chaque jeudi en 1re année. Les leçons de l’après-midi, où nous abordons les connaissances professionnelles, le dessin au crayon et progressivement à l’ordinateur, les différentes espèces de bois me plaisent beaucoup.

Avez-vous déjà envisagé des projets au terme de votre apprentissage?
Exercer ma profession bien sûr. Mais devenir professeur de travaux manuels tout en travaillant dans un atelier me plairait beaucoup. Pour y arriver je devrai encore franchir plusieurs étapes.

Les loisirs d’Eliakim


Est-ce qu’il y a dans votre vie actuelle de la place pour un ou plusieurs loisirs?
Je fais du scoutisme. Je suis mono dans la brigade des Flambeaux de l’Evangile de Tramelan. Chaque semaine, j’ai soit une séance, soit une maîtrise pour préparer nos rencontres et nos camps. Nous étions récemment une vingtaine pour un camp de 3 jours à Court. Les valeurs chrétiennes sont importantes pour moi. Je prie pour plein de choses et je lis ma Bible dans ce but. Une application me permet avec mon smartphone de lire des commentaires. Depuis l’âge de 8 ans, je joue aussi du violon. C’est à Tavannes que je prends des cours. Franchement ne me demandez pas pourquoi j’ai choisi cet instrument, je l’ignore moi-même! Je n’ai pas encore décidé si je veux continuer d’en jouer l’année prochaine.

Merci Eliakim de nous avoir si franchement parlé de votre présent et de vos projets. Ne dit-on pas que l’essentiel est d’avancer un jour après l’autre? C’est bien là votre manière de vivre et vous semblez heureux d’évoluer ainsi.

Charles-André Geiser