Inscrivez-vous !

Et recevez par e-mail les articles à la Une à chaque nouvelle édition !

Communiqués

Agenda

    Aucune information pour cette semaine


ÉDITION N°28 - Mercredi 15 Août 2018
Partager sur Google+ Partager sur twitter

Black & White, les lapins du bonheur

Champoz – Ecole primaire

Actuellement composée de 13 élèves de 3H à 8H, l’école primaire de Champoz respire la sérénité. Depuis le mois d’août dernier, deux jeunes institutrices, Mélissa Soares et Morgane Guerdat, assurent l’épanouissement des élèves avec panache, créativité et dynamisme. L’arrivée des lapins Black & White en novembre dernier a radicalement changé le quotidien des enfants qui s’occupent de ces deux adorables petits animaux avec un soin tout particulier. Incursion dans une classe à degrés multiples qui repose sur une organisation fluide et flexible selon les propos de la directrice Nathalie Kaempf.

Après avoir occupé la fonction d’enseignante durant trois décennies, Nathalie Kaempf, de Bévilard, coiffe la casquette de directrice depuis 4 ans pour les écoles primaires de Champoz, Sorvilier et des villages du Grand Val. Son rôle est d’assumer une responsabilité pédagogique, administrative, organisationnelle et financière. Nathalie Kaempf assure également des remplacements en cas de besoin. Sa polyvalence, son expérience et sa disponibilité apportent un rayonnement qui favorise grandement les contacts entretenus avec les personnes qu’elle est appelée à côtoyer dans le cadre de son activité professionnelle. Nathalie Kaempf assure une fonction de mentorat à l’école primaire de Champoz depuis l’arrivée, en août dernier, de deux nouvelles institutrices, Mélissa Soares et Morgane Guerdat. Le coaching, l’aide et les conseils de la directrice ont valu leur pesant d’or dans l’intégration de ces jeunes enseignantes animées d’une motivation sans faille. «Tout se passe très bien», signale Nathalie Kaempf, visiblement enchantée par les prouesses scolaires de Mélissa et de Morgane. «Le fait de travailler avec un petit effectif réduit fortement les problèmes de discipline et permet de développer des compétences d’autonomie et d’empathie», relève-t-elle. «Je suis particulièrement sensible aux classes à degrés multiples qui reposent sur une organisation fluide et flexible dans le respect du plan d’étude romand. Tenter de maintenir des classes dans nos petits villages est un défi permanent», termine Nathalie Kaempf.

Construire le climat de la classe


Si Morgane Guerdat avait déjà effectué des remplacements à Delémont et Movelier avant de décrocher un poste de titulaire à Champoz, sa collègue Mélissa Soares, elle, a uniquement suivi des stages et des remplacements dans le cadre de sa formation pratique à la HEP. A l’école primaire de Champoz, leur complémentarité fait (déjà) merveille. Morgane assure l’enseignement des petits (3-4-5H) et Mélissa des grands (6-7-8H). Certaines branches comme la gymnastique, le bricolage ou la formation générale sont dispensées dans une classe commune. Les deux institutrices privilégient le travail en atelier de manière à donner une grande autonomie aux enfants tout en les responsabilisant. «Mon objectif, c’est encore d’intensifier l’écriture et l’oral en donnant la possibilité aux élèves de raconter une histoire, de présenter un exposé sur un animal ou leur maison, par exemple, afin de leur donner de l’assurance lorsqu’ils prennent la parole devant les autres élèves», explique Morgane Guerdat. «Ce qui me passionne le plus dans ma profession d’enseignante, c’est la relation avec les élèves. C’est un plaisir de les voir s’éveiller, progresser, devenir plus matures, acquérir des connaissances qu’ils retiendront toute leur vie. C’est un métier où l’on ne s’ennuie jamais. A Champoz, nous cherchons à responsabiliser les élèves au maximum lors d’un conseil de classe durant lequel ils sont appelés à faire des propositions. C’est très important de travailler sur les émotions, de sensibiliser les élèves au ressenti des autres. Ils apprennent notamment à s’excuser, à féliciter un autre élève, etc…» L’année prochaine, l’effectif passera de 13 à 17 écoliers. Une augmentation qui changera assurément la dynamique de groupe:
«C’est aussi le rôle de l’institutrice de construire le climat de la classe et de faire en sorte que tout ce beau monde cohabite ensemble dans une certaine harmonie. Je n’entame pas une nouvelle année scolaire avec appréhension mais plutôt avec curiosité», explique Morgane Guerdat.

Innover pour ne pas stagner!


De son côté, Mélissa Soares se déclare également très satisfaite de sa riche expérience à l’école primaire de Champoz: «J’éprouve énormément de plaisir à tisser des liens avec les élèves, les parents, ma collège, la directrice et les membres des autorités communales. Le fait de travailler avec un petit effectif est un gage de qualité car nous n’avons pas besoin de dépenser de l’énergie pour faire régner la discipline. On peut ainsi se concentrer pleinement sur l’apprentissage des matières de manière approfondie.» Et Mélissa Soares d’enchaîner: «Il existe des contraintes dans n’importe quel métier mais, en l’occurrence, je n’arrive pas à les percevoir tellement j’aime ce que je fais. Avec ma collègue Morgane, nous sommes très complémentaires. On ne se connaissait pas avant, mais notre collaboration s’est rapidement avérée fructueuse grâce au dialogue. Toutes les décisions se prennent d’un commun accord. Notre devise: innover pour avancer. On ne change pas forcément quelque chose parce qu’elle ne fonctionne pas, mais tout simplement pour ne pas rester sur nos acquis.»

Lapins voyageurs…


Pour donner une suite favorable à une demande émanant des élèves, deux lapins, «Black & White», accompagnent les enfants en classe au quotidien. «Ces animaux apportent de la joie, de la positivité et du réconfort», explique Morgane Guerdat. A tour de rôle, les élèves sont chargés d’effectuer différentes tâches (changer la cage, nourrir les lapins, etc…). Chaque week-end et lors des vacances scolaires, les lapins sont pris en charge par les familles qui se portent spontanément volontaires pour les accueillir dans leur foyer. Avec une seule idée en tête: offrir du bonheur à ces lapins voyageurs…

Olivier Odiet