Inscrivez-vous !

Et recevez par e-mail les articles à la Une à chaque nouvelle édition !

Communiqués

Agenda

    Aucune information pour cette semaine


ÉDITION N°4 - Mercredi 31 Janvier 2018
Partager sur Google+ Partager sur twitter

L’art de faire régner la propreté!

Daniel Riva: «Je suis libre de mes mouvements. C’est un véritable privilège de travailler dans ces conditions.» (photo oo)

Daniel Riva (Technicien de surface à la commune de Saint-Imier)

Daniel Riva, c’est un peu le Monsieur propre de la commune de Saint-Imier. Après avoir effectué un passage au service des Travaux publics entre 1988 et 1994, il enfile son bleu de travail pour faire régner la propreté dans les bureaux de l’administration communale ainsi qu’à la Salle de spectacles. Pas toujours facile de passer la panosse là où les gens ont fait la noce…

La hantise de Daniel Riva, c’est de retrouver des sols et des murs collants après une soirée disco, par exemple: «Pour moi, c’est le pire des scénarios!», s’exclame-t-il. «Personne ne peut s’imaginer à quel point c’est pénible de remettre la Salle de spectacles en état quand ça colle partout. Fort heureusement, ces soirées ne sont pas trop nombreuses sur l’année.» Après la revue Saintimania, le travail est certes également conséquent pour Daniel Riva, mais les gens sont quand même plus respectueux que lors d’une soirée disco. «Depuis que le bar est installé au rez-de-chaussée, mon travail est grandement facilité», confie-t-il. «Et puis, avec les années, je commence à être bien rodé. J’ai compris que pour gagner un maximum de temps, il était impératif de travailler de manière structurée.»

Le goût de la liberté


Selon Daniel Riva, la profession de concierge véhicule aujourd’hui une meilleure image que par le passé. Il suffit d’ailleurs de se référer au nombre de postulations découlant d’une mise au concours d’un poste de technicien de surface pour s’en convaincre. Le concierge de la commune imérienne apprécie tout particulièrement le fait de pouvoir organiser sa journée comme il l’entend: «Je suis libre de mes mouvements. C’est un véritable privilège de pouvoir travailler dans ces conditions.» En plus des travaux de nettoyages, Daniel Riva procède également à de petites réparations, mais lorsque la situation devient trop complexe pour lui, il n’hésite pas à faire appel à un artisan. «Je ne suis pas très bricoleur et je n’ai pas la main verte non plus. Arroser les fleurs au bureau communal, ça passe encore, mais je ne vais pas au-delà.» A la Salle de spectacles de Saint-Imier, Daniel Riva dispose d’un équipement complet (auto-laveuse, mono-brosse, sauts, etc…). Vous avez dit armé jusqu’aux dents?

Musicien dans l’âme


Quand on demande à notre interlocuteur d’énumérer ses traits de caractère, sa réponse est limpide: «Je suis impatient et je m’énerve facilement lorsque quelque chose va de travers avec mon aspirateur, par exemple. Dans le monde, en revanche, j’arrive parfaitement à me maîtriser…» Pour déconnecter de son activité professionnelle, Daniel Riva joue de l’alto à la Fanfare de Villeret et du cor des Alpes avec l’Ensemble Pierre-Pertuis. La musique est en quelque sorte son échappatoire. Sachant qu’il prendra une retraite anticipée l’année prochaine, on sait déjà de quelle manière il occupera son temps libre. D’origine tessinoise, comme son nom l’indique, Daniel Riva a toujours vécu à Saint-Imier et il ne quitterait la cité imérienne pour rien au monde: «Je bosse et j’habite ici, j’ai mes amis, je suis intégré dans la vie associative. Non franchement, je n’ai surtout pas envie de changer d’air!»

Olivier Odiet