Inscrivez-vous !

Et recevez par e-mail les articles à la Une à chaque nouvelle édition !

Communiqués

Agenda

    Aucune information pour cette semaine


ÉDITION N°5 - Mercredi 7 Février 2018
Partager sur Google+ Partager sur twitter

«Montrer qu’on existe aussi!»

Le comité de Moutier-Résiste, de gauche à droite: Francis Pellaton, Elisabeth Greppin, Muriel Käslin, André Doriot. Manque sur la photo: Orianne Grimm. (photo oo)

Association Moutier-Résiste

Fondée le 24 janvier 2018 pour faire résonner la voix des Prévôtois qui ont voté NON le 18 juin à Moutier, l’association Moutier-Résiste a présenté ses motivations aux médias samedi dernier en clamant haut et fort que l’annexion de la ville de Moutier au canton voisin n’était pas acquise. La majorité des autorités prévôtoises encore en place représente une cible privilégiée pour le comité de l’association formé de cinq personnes remontées comme un coucou suisse.

«Moutier est une ville sacrifiée sur l’autel du séparatisme, une ville coupée de son bassin naturel.Et ça, nous ne le tolérons pas!» Ces propos émanent de Muriel Käslin, membre du comité de Moutier-Résiste avec Elisabeth Greppin, Orianne Grimm, André Doriot et Francis Pellaton. Mais au fait, quelles sont les véritables motivations de ce mouvement? «Il a pour but d’utiliser tous les moyens politiques et juridiques qui contribueront au maintien de la ville de Moutier dans le Jura bernois, afin de préserver les intérêts de celle-ci, son importance et son avenir au sein de son bassin naturel, culturel, social et historique», indique l’association dans un communiqué.
«Nous interviendrons auprès des autorités concernées chaque fois que cela sera nécessaire, en recourant aux lois applicables et en se référant à nos droits fondamentaux.» Moutier-Résiste est ouverte à tout citoyen prévôtois qui en partage les buts. Elle accueille également ses sympathisants extérieurs en qualité de membres «soutien». Cette association n’a pas encore véritablement levé le voile sur ses actions futures de manière à ne pas faire le jeu de ses adversaires. Elle compte toutefois livrer un message relatif au budget 2018, qui sera soumis au corps électoral le 4 mars prochain suite au dépôt d’un référendum muni de plus de 450 signatures. En octobre dernier, le Conseil de Ville avait accepté le budget 2018 présentant un déficit d’environ un million et demi de francs. Le montant de 130’000 francs relatif au transfert de la ville au canton du Jura a déjà passablement alimenté les discussions. Et ce n’est visiblement pas terminé…

Œuvrer dans le respect du jeu démocratique


Samedi dernier, le comité de Moutier-Résiste a rappelé que les différents recours déposés contre le scrutin du vote du 18 juin n’étaient pas de son fait et qu’il allait attendre sagement les résultats définitifs en espérant que toute la lumière soit faite sur d’éventuelles irrégularités. Lors de son point presse, l’association a soulevé le fait que de nombreuses personnes regrettaient d’avoir déposé un OUI dans l’urne le 18 juin dernier à Moutier. Dans son communiqué «Moutier-Résiste» indique que l’association «veut créer un mouvement civique visible et crédible, qui fera savoir que l’annexion au canton voisin n’est pas acquise, que l’unanimité dans ce sens n’existe pas et n’existera pas. Les Prévôtois dépossédés de leur ville et de leur identité ne sont absolument pas résignés, tout comme les nombreux sceptiques de l’annexion. Ils ont droit à la parole et ils la prendront autant que nécessaire dans le respect du jeu démocratique. Nous entendons ainsi défendre l’identité qui est la nôtre et résister aux intimidations, aux manipulations, aux tromperies et aux intoxications de la propagande séparatiste, surtout quand elle est portée par la majorité des autorités encore en place.» Muriel Käslin est brièvement revenue sur les promesses du Gouvernement jurassien en rappelant que sept mois après le vote, les Prévôtois ignorent toujours ce que le canton voisin va bien pouvoir leur offrir. Moutier-Résiste va maintenant poursuivre sa campagne de recrutement avec l’espoir de réunir un maximum d’adhérents: «Nous entendons redynamiser les vrais Prévôtois, ceux pour qui l’identité prévôtoise prime sur les mythes historiques et les fictions ethniques», peut-on encore lire dans la documentation remise à la presse.

Olivier Odiet